Les Ch'tis Baladins et leur orgue de barbarie
Les Ch'tis Baladins et leur orgue de barbarie

Un peu d' histoire

L'orgue de Barbarie est un instrument de musique mécanique (ce n'est pas le joueur qui interprète la musique mais un système mécanique) classé dans les "automatophones" terme qui englobe tous les instruments destinés à produire de la musique par un procédé mécanique.

 

Le joueur, appelé "tourneur", actionne une manivelle qui fait fonctionner un système de soufflets produisant l'air distribué aux flûtes et qui fait avancer le carton ou le rouleau de papier perforé servant de partition musicale. Ce système de support musical (carton ou papier perforé) a été mis au point par Claude Félix Seytre dans les années 1850 en adaptant l'invention de Jacquard pour les métiers à tisser.

 

Auparavant, la mélodie était retranscrite sur des cylindres de bois à l'aide de petits picots de métal en relief qui grâce à un ingénieux système actionnaient les soupapes permettant de faire chanter les bonnes flûtes. Ce système ne permettait pas une mobilité aisée à cause de l'encombrement des cylindres et limitait également la durée d'enregistrement de la mélodie.

 

L'orgue de Barbarie existe sous une grande variété de formes, du plus petit qui pèse environ sept kilos et se porte en bandoulière pour servir d'accompagnement aux chanteurs de rue jusqu'aux plus imposants pesant plusieurs centaines de kilos que l'on appelle des orgues de foire ou plus communément des Limonaires du nom du plus célèbre constructeur: Les frères Limonaire. Ces orgues sont de véritables chefs-d’œuvre d'horlogerie et offrent, en plus de la mélodie, des percussions et des automates animés qui bougent au rythme de la musique.

 

L'appellation "Orgue de Barbarie" reste un mystère pour nos historiens et plusieurs versions sont avancées. Les plus consensuelles et moins fantaisistes nous proposent que cette appellation viendrait de la sonorité de l'instrument moins noble que celle des orgues d'église ou bien encore de l'origine exotique des joueurs de rue qui aux XVIIème et XVIIIème siècles, venus de contrées lointaines ne parlaient qu'un français approximatif et étaient d'ailleurs souvent accompagnés d'un petit singe facétieux qui faisait la joie du public. 

 

De nos jours, le petit singe en peluche reste la mascotte fétiche de nombreux tourneurs et les accompagne dans tous leurs déplacements. 

 Retour

Notre Actualité :

__________

 

L'orgue de Barbarie

Rapproche les coeurs transis

Et fait de deux inconnus des amis

 

Sur ce vieux limonaire

L' enchantement opère

Et chasse la colère de la terre

 

(Extrait d'un poème de ChristianH)

_________

 

N'hésitez pas à nous contacter pour

toutes vos demandes

d'animations !

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Les Ch'tis Baladins